Derniers sujets

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Tonino
Messages : 253
Date d'inscription : 08/02/2013

Nancy : un étudiant se tue en escaladant une grue de chantier

le Sam 23 Nov - 13:39




Ses trois copains ont donné l’alerte. Mais à l’arrivée de secours, il n’y avait plus rien à faire. Aux alentours de 6 h, hier matin, Maxime Bortolin, un jeune étudiant de 22 ans domicilié à Heillecourt, a perdu la vie en tombant d’une grue, sur le chantier de l’Île de Corse, entre le canal et la place Stanislas.

« A priori, il serait monté assez haut, vu l’impact au niveau du sol », constatait le lieutenant Husson de la caserne Joffre, présent sur place avec les sapeurs pompiers dont l’équipe d’intervention en milieu périlleux.

Selon les premières dépositions des amis de la victime, c’est en rentrant chez eux qu’ils se seraient aperçus de l’absence de leur copain.

Ils seraient alors revenus sur les lieux. C’est ce qu’a expliqué en tout cas l’un deux, auditionné au commissariat de Lobau. Les deux autres, un peu plus imbibés, sont passés en cellule de dégrisement avant de pouvoir être entendus.

« Comme il s’agit visiblement d’un accident, ils n’ont pas été placés en garde à vue. », confiait le référent policier de permanence. Avant de nuancer en fin d’après-midi l’état d’alcoolisation des trois témoins : « Leur taux d’imprégnation n’était pas si élevé que cela. »

Selon la version toujours de ces trois jeunes gens : Maxime et l’un d’eux auraient escaladé la grue jusqu’à la trappe du conducteur. Ne pouvant aller plus haut dans la cabine, le copain, lui, aurait rebroussé chemin. Maxime aurait chuté ensuite de cette hauteur, environ 50 mètres, sans plus de témoin sur place…

L’autopsie prévue aujourd’hui devrait déterminer si la victime était sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants. Des constatations, en présence des policiers et des pompiers, ont eu lieu hier à 15 h 30 sur le site, afin de tenter de comprendre les circonstances du drame. Au regard des explications fournies par les amis de Maxime.

La grue en question, une des trois actuellement en place sur le chantier Pertuy, est difficile d’accès, installée dans la boue, à l’arrière d’un bâtiment en construction qui fait face au jardin Godron.

Nuit noire

Il faut contourner des empilements de ferrailles, des escaliers en béton moulés et des matériaux en tout genre pour l’atteindre. Quand les jeunes se sont introduits là, la nuit noire régnait.

« Le chantier est fermé et interdit au public, ils ont avoué avoir escaladé les grilles », précisait encore une source proche de l’enquête. « C’est un drame affreux », soupirait quant à lui, Jean-Louis Thiébert, l’élu sécurité à la mairie de Nancy, arrivé sur les lieux une heure après l’accident. « Un jeune a perdu la vie bêtement… »

Maxime Bortolin était étudiant en 5e année dans une école d’ingénieur de Nancy.

120 personnes sur le chantier

L’îlot Île de Corse, ancien site industriel de GDF Suez de 28.000 m², en travaux depuis septembre 2012 est clos par des grilles cadenassées. Pertuy y construit un imposant ensemble immobilier de 12 bâtiments avec 239 logements, plus de 5.000 m² de bureaux, une résidence de tourisme de 110 chambres, 10 cellules commerciales au rez-de-chaussée et 380 places de parking.

Quelque 120 personnes travaillent sur le site et Pertuy Construction compte notamment y transférer son nouveau siège social au printemps 2014. Selon le conducteur des travaux, Nicolas Mathis, « l’ensemble devrait être terminé courant 2015. Une grue doit être démontée à la fin de l’année, la 2e fin février, et la dernière -celle où s’est déroulé le drame- en mai prochain.

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/11/17/nancy-un-jeune-chute-d-une-grue-et-se-tue-pypu
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum