Derniers sujets
les gammes potainMar 18 Juil - 17:51milo92
Les LIEBHERRSam 15 Juil - 16:30milo92
MDT 219 Sam 8 Juil - 21:32A2X
Divers RaimondiDim 25 Juin - 13:49milo92
salaire du grutierJeu 22 Juin - 18:12custom2
GME flèche relevableSam 10 Juin - 13:02milo92
linden commansaSam 3 Juin - 9:58milo92
la nostalgie des gruesLun 29 Mai - 18:05Admin

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
eog
Messages : 8
Date d'inscription : 16/06/2012

Stresse lié au métier

le Mar 13 Nov - 18:36
Bonjour tout le monde, j'aimerais recueillir vos témoignages ou conseils concernant la gestion du stresse.
Cela fais maintenant 4 ans que je suis grutier (j'ai 25 ans) Et il m'arrive fréquemment de péter les plombs dans ma cabine et cela résulte toujours d'une pression que je n'arrive pas à évacuer quand il le faut. Lorsque quelque chose me pose problème sur le chantier; Un mec qui gueule ou qui guide n'importe comment, une trop grosse charge de travail etc... Je n'arrive pas à le régler immédiatement et calmement. J'attend toujours en me disant que le problème va passer ou qu'il va se régler de lui même. Du coup plus le temps passe plus un effet "soupape" s'installe et quand ça pète ma réaction est disproportionnée.
Je prendrais pour exemple un ancien chantier que j'ai commencé en 2011; je faisais des semaines de 47 heures minimum, les délais de chantiers étaient trop serrés et la sécurité en pâtissait terriblement. Les rapports de forces étaient quotidiens avec ma hiérarchie et j'avais sans arrêt le sentiment d'être pris pour une merde, je devais IMPOSER ma pause de 20 minutes pour pouvoir bouffer dans ma cabine, bref le bordel. Au bout de 5 mois intensifs, après une journée de 10h, j'ai vu arriver une semi à décharger à 6h30 alors que la débauche était à 5h, et j'ai faillis faire un coma... En la voyant arriver tout mes nerfs sont montés, crise d'hyperventilation (la première de ma vie) sensation de mort imminente, l'inpréssion que la grue s'effondrait etc... J'ai planté le chantier, laissant la semi. J'ai eu un arrêt d'une semaine, pendant cette dernière je me suis renseigné sur mes droits, pour me battre à armes égales contre ma boite. Après une petite joute entre ma hiérarchie et moi, et ces derniers ayants compris que j'utiliserais dorénavant la lois pour faire respecter mes droits et la sécurité sur le chantier, ils on fini par me pousser à la démission.
C'est certe une expérience qui fut terrible pour moi, mais ce n'est qu'une parmi tant d'autres. J'en ai ras le cul d'entendre les bancheurs gueuler, d'avoir des mecs qui ne savent pas guider, d'être obligé de lever le carreau et brailler pour faire respecter les consignes de sécurités. J'ai de plus en plus le sentiment de faire un métier de larbin, que les mecs aux sols ne se rendent pas compte de tout ce que l'on met en oeuvre pour assurer leur sécurité et les faire débaucher à l'heure. Je pense pourtant être un bon grutier, du moins c'est que que me disent tout mes chefs et les mecs qui on de la bouteille derrière eux. Mais je suis fatigué de toujours tomber sur LE ou LES mecs qui vont te prendre pour leur p*tain.
Ce qui me pousse à écrire tout cela est qu'aujourd'hui j'ai franchi un cape dans cet énervement; un manoeuvre ma énervé alors que j'étais accroché à une charge à sa hauteur et j'ai mis un grand coup de chariot propulsant la charge sur plusieurs mètres. Ce geste n'était pas guidé par une envie de casser quoi que ce soit, ou de blesser le mec, ma logique était plutôt; "Tu guide n'importe comment, tu gueule, et bien je vais conduire n'importe comment et je vais gueuler" La suite fut assez chaotique, engueulade à travers le chantier, descente de la grue, j'ai manqué de me faire péter la gueule par le mec, j'ai dit à mon conducteur de travaux que je me tirais etc... Tout est rentré dans l'ordre par la suite, mais je n'en reviens toujours pas d'avoir utilisé ma grue pour exprimer ma colère.
J'ai le sentiment de vivre une espèce d'escalade, résultant en partis de mon jeune âge et de mon hypersensibilité. On ne me prend pas au sérieux car je suis le "jeune grutier intérimaire" celui que l'on va essayer de bouffer pour passer le temps, celui à qui on va dire comment il doit conduire sa grue. Le plus grisant est que cela semble se répéter sur la plupart des chantiers où j'ai bossé. Aujourd'hui ma meilleur expérience fût chez Sogea à Lille, où tout semblait "carré", "professionnel", "réglo" et donc sans problèmes, l'une des seules fois où j'ai été fier de mon métier.
Bon à la base je voulais juste écrire un petit chapitre demandant comment gérer le stresse, mais voyant tout ce que j'ai écrit je me dit qu'il fallait donc que ça sorte.
Je vais quand même vous le demander; Savez vous comment luter contre ce stresse? Avez déjà étés confrontés à ce problème? Si je vous le demande c'est qu'aujourd'hui je n'ai que peu de perspectives; Réussir à me maitriser, les calmants, changer de métier, bosser que pour les grosses boites carrées.
Pour finir je dirais que je suis étonné de la manière dont le métier de grutier présenté; le "super" boulot qui fait rêver. A l'heure actuel j'ai plus envi de dire à tout ceux qui veulent se lancer de faire attention, si on est pas assez solide mentalement et que l'on tombe dans les mauvaises boites, ce métier peut devenir un cauchemar.
study (oui ça fais beaucoup à lire)
gaston35
Messages : 44
Date d'inscription : 24/03/2012

Re: Stresse lié au métier

le Mar 13 Nov - 19:02
salut eog

le stress au travail est quotidien dans notre metier, je me souviens a mes débuts (il y a maintenant 11 ans Embarassed )j'etait enormement stressé, limite a péter un cable lors des grosses surcharge de travail avec ma grue qui etait saturé. Aujourd'hui tous va mieux et je me sent largement plus serein car lorsqu'il y a une connerie de faite, que ce soit au niveau du guidage ou de l'accroche des charges, je ne touche plus au manip et j'attends que le gars comprenne ou alors je lui donne un petit coup de klaxon pour l'avertir de son manque de professionnalisme et si toutefois sa continue j'en discute avec le gars en question ou si il ne ce remet pas en question avec le chef d'équipe voir le chef de chantier pour qu'il le convoque au bureau avec moi pour que l'on s'explique.
Je reste sur ma position de dire que c'est quand meme un beau metier et qu'il serait dommage de le quitter surtout qu'il est quand meme bien payer Cool en tous cas vu mon niveau d'études qui aujourd'hui ne me permetterais pas d'avoir un si bon salaire.
Essaye de travailler dans des entreprises peut etre plus organnisé pour te permettre d'etre mieux mentallement meme si les cadences seront les memes.
Bon courage a toi Wink
avatar
lefouiiii16
Messages : 179
Date d'inscription : 28/09/2011
Age : 36
Localisation : BELGE HERMEE

Re: Stresse lié au métier

le Mar 13 Nov - 21:44
slt eog il faux que tu parviens a te metrise je c est que c est pas facile pour ma part je vien de fair 3moi dans une boite ou il avait un petit con qui fesait chier toujourts a rale pourtourt un jouir il ma mi or de moi je suis re monte dans ma cabine parque au debut je travaille avec la telecommande et le jour ou il ma fai chier je suis re monte dans la cabine et fini je vien d arret dans cette boite et je vien de re travaille dans une autre boite ou les mec sont tres bien il parle bien il font tres attention a la securite j espere que EOG ca irat courage
avatar
Admin
Messages : 1579
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 56
Localisation : BAS RHIN

Re: Stresse lié au métier

le Mar 13 Nov - 22:07
salut à tous,

tout ces témoignages montrent que ce beau métier demande d'avoir des nerfs d'aciers. Il est sur que dans certaines entreprises le grutier est mal mené par des gens qui ne connaissent pas le métier et croient que c'est facile de conduire une grue. Avant que les nerfs soient mis à rude épreuve, le dialogue s'impose avec les ouvriers, pour leur expliquer comment il faut guider, accrocher des charges, etc, etc... il ne faut pas leur en vouloir, car personne ne leur a expliqué comment faire. Il faut évacuer tout ce stress accumulé en ayant une activité sportive. Les arts martiaux sont bien pour çà. Judo, aïkido, ju-jitsu, taekwondo, apprennent à canaliser l'énergie et d'avoir un contrôle de soi même.
Dans les centres de formation pour grutiers on apprend toute la réglementation, les gestes de commandement, les règles de l'élingage, ce qu'on peux faire ou ne pas faire avec une grue, mais chacun sait que tout ça n'est pas toujours respecté sur les chantiers. Les formateurs devraient aussi expliquer comment faire face à une situation critique. Mais pourquoi les ouvriers du BTP ne seraient ils pas concernés par tout ça? Il y a un gros travail à faire dans cette voie.
Gardez toujours à l'esprit amis grutiers de ne jamais franchir la ligne jaune, vous risqueriez de le regretter un jour, personne ne viendra vous soutenir et ce jour là vous vous sentirez bien seul.

Quelques conseils:
pour les grutiers intérimaires si vous êtes confronté à un problème sur le chantier ayez le réflexe d'appeler votre agence et leur faire part de ce qu'il se passe, car ce sera entre le chef de chantier et le responsable de l'agence que ça doit régler. Il existe aussi le droit de retrait (du code du travail) si vous êtes confronté à un danger grave et immédiat. Et à savoir que sur les chantiers un document appelé "registre d'observations" est obligatoire et est à la disposition des travailleurs afin d'y consigner ce qui ne va pas.

Une petite vidéo qui explique ce qu'est le droit de retrait.
Philippe Rolin
Messages : 8
Date d'inscription : 11/01/2013

Formation grue à tour

le Dim 13 Jan - 15:05
Bonjour,

je rejoins l'administrateur du site. Il est vivement conseillé de pratiquer un sport. Quel qu'il soit.
Et en cas d'accident on se retrouve très seul à gérer sa m...
Je voulais également intervenir en tant que formateur puisque la formation est remise en cause. Je veux parler du CACES car, pour bon nombre de grutiers, c'est le seul diplôme que vous possèdiez (au niveau grue j'entends).
Pour ma part, je dispense des formations et fait passer des tests en vue de l'obtention du CACES. Je déplore qu'aujourd'hui, l'amalgame soit fait entre CACES et formation professionnelle. Et il suffit d'un stage de 3 semaines (dans le meilleur de cas) pour pouvoir se mettre sur le marché du travail en tant que "grutier professionnel". Alors que le CACES n'est pas du tout sur le registre du rendement, de la performance. La plupart des candidats à ce type de stage ne focalise que sur l'amélioration de ses performances en conduite pure. Et n'ont souvent que faire de tous les autres conseils que l'on peut prodiguer. Mes tests peuvent durer facilement plus d'une heure car je tiens à alerter les candidats sur un certain nombre de sujets. Tous m'écoutent d'une oreille polie mais n'ont, pour beaucoup, qu'une idée en tête : bon tu me le donnes ou tu me le donnes pas ce CACES?
Quand j'interviens en formateur, la gestion du stress, la gestion du relationnel sont des sujets qui interpellent principalement les grutiers en recyclage. Ils deviennent intéressés car ils ont été confrontés au problème.
Lorsque vous avez du mal à vous faire entendre, c'est à vous de faire l'effort de trouver la bonne stratégie. La communication se passe très bien la plupart du temps et heureusement. Mais parfois comme le rapporte Eog, on est confronté à ses limites.
Lorsque votre façon de communiquer ne fonctionne pas, essayez en une autre en ayant toujours une seule idée en tête : Votre objectif initial. À quel endroit je veux amener la personne en face de moi? Parfois il faut être ferme, parfois il faut être drôle. Parfois il faut faire croire que l'autre est plus malin que vous (c'est le plus difficile...). Mais ne perdez jamais de vue votre objectif. Car en conflit ouvert, aucun dialogue n'est possible.

Pour info je vous glisse les effets du stress sur le corps humain selon WIKIPEDIA:
Un événement stressant provoque une réaction en chaîne qui débute dans le cerveau et aboutit à la production de cortisol par les glandes surrénales. Le cortisol active alors en retour deux zones du cerveau : le cortex cérébral pour qu'il réagisse au stimulus stressant (fuite, attaque, immobilisation...) et l'hippocampe, qui va apaiser la réaction. Si le stress est trop fort ou prolongé, l'hippocampe saturé de cortisol ne peut plus assurer la régulation. Le cortisol envahit le cerveau et installe une dépression. Les zones altérées sont principalement l'hippocampe3, l'amygdale, le cortex cingulaire antérieur et le cortex préfrontal.
Afin de ne pas encombrer le post avec une éventuelle polémique, je suggère d'ouvrir un autre sujet dont je laisse le soin à l'administrateur de trouver le titre.
À défaut, vous pouvez intervenir sur un forum que je viens de créer sur mon site "rolinformation.com" rubrique "difficultés que vous pouvez rencontrer dans votre métier".

Attention à ne pas saturer votre hippocampe...
Soyez forts, soyez pros et prenez soin de vous.
avatar
Tonino
Messages : 253
Date d'inscription : 08/02/2013

Re: Stresse lié au métier

le Sam 16 Fév - 12:22
Eh oui pas toujours facile de garder son calme la-haut.

Perso je tourne a la tisane anti-stress (agriculture bio bien sur) pour eviter la sur-pression :

http://www.bio-naturel-68.fr/tisane-bio-docteur-valnet/106-tisane-anti-stress-bio.html

2 ou 3 infusions par semaines et tout est plus zen (ca rime en plus!)

Cool .

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum